Le parcours de soins d’un patient en hôpital de jour

Publié le 07/05/2021

Quel est le parcours d'un patient à l'Hôpital de jour (HDJ) de Villefranche-sur-Saône ? Combien de temps dure la prise en soins et comment-se déroule-t-elle ?

 

Partager :

Interview croisée d'Olivier Bruneteau, cadre de santé et de Dr Bernard Mocotte, médecin psychiatre coordonnateur de l'hôpital de jour.

Quel type de patient accueillez-vous ?

O.B : Nous avons trois typologies de patients : ceux qui ont refusé l'hospitalisation complète et qui sont en crise, ceux qui sortent d'hospitalisation complète et pour qui la crise vient de se terminer. Enfin, il y a les patients stables mais en cours de rechute. Ils sont tous adressés par un médecin généraliste ou psychiatre. Les pathologies les plus courantes sont les troubles dépressifs ou bipolaires, associés à une perte de plaisir ou une apathie.

Comment le premier contact s'organise-t-il ?

O.B : Dans un premier temps, il s'agit d'un contact par téléphone. Puis, le patient est accueilli pour une consultation de préadmission avec le médecin de l'HDJ. Après cette première rencontre, le responsable des soins le reçoit et lui explique toutes les étapes de son admission, ainsi que le déroulement de son parcours de soins.

Quelles sont les étapes du parcours de soins ?

Phase 1 : accueil & accompagnement

O.B : À son arrivée, le nouveau patient rejoint un groupe de 5 autres nouveaux patients, qui vont suivre pendant 5 semaines un cursus d'accueil encadré par une infirmière, une psychomotricienne, une art-thérapeute et une psychologue. Le patient découvre alors le type de thérapeutiques proposées (Thérapie Comportementale et Cognitive ou TCC, sophrologie, psychomotricité, etc.) et construit son projet de soin personnalisé, qui correspond au mieux à sa pathologie. Le patient est au cœur de ses soins.

Dr M : Cet accueil organisé en groupe identique, permet une mise au travail psychique progressive. Les patients peuvent constater qu'ils ne sont pas seuls, parfois ils entendent les histoires des autres qui font résonnance à leur propre traumatisme. Le travail en groupe est très riche. Cela leur permet de sortir de leur anonymat et de trouver des solutions ensemble, avec le groupe, accompagné par l’équipe soignante.

Phase 2 : le travail de fond

O.B : La phase 2 commence à la sixième semaine d'hospitalisation. Pendant 9 mois, le patient suit différents groupes thérapeutiques et rencontre les psychologues individuellement - à raison d'une à deux journées par semaine. Il est entouré d'un infirmier et d'un médecin référents, tous deux responsables de son parcours de soin. Ils l'accompagnent vers la meilleure qualité de vie possible.

Dr M : Les psychologues ont une approche TCC ou psychodynamique classique. L'approche psychologique permet de scanner son histoire, et de faire réémerger des choses cachées ou enterrées. En complément, l'approche TCC permet de donner des outils concrets au patient pour trouver des solutions alternatives à ses comportements.

Phase 3 : vers un retour au monde extérieur

O.B : La phase 3 est appelée "nouvel élan", en rapport avec la sortie du patient. Pendant six semaines, nous l'accompagnons vers un retour au monde extérieur. Nous réfléchissons ensemble à ce que nous mettons en place pour la suite. Cela se traduit par un suivi médical (médecin psychiatre, CMP ou associations), par des activités culturelles ou associatives, et pour ceux qui le peuvent et le veulent : à un retour à l’emploi de manière accélérée et facilitée – grâce notamment à des partenariats.

Dr M : On aide le patient à faire le deuil de la structure d'accueil, parce qu'il n'est pas évident de se séparer. On leur apprend à se dire au revoir, on fait une piqûre de rappel de l'atelier affirmation de soi et en parallèle on propose des activités ludiques pour faire ressortir le côté vivant et joyeux de chacun. Les patients reprennent goût à des choses qu'ils ne faisaient plus avant.

 


>> Cliquez ici pour en savoir plus sur l'hôpital de jour de Villefranche-sur-Saône

Clinique des Vallées : 8 mois après, quel bilan pour l'équipe mobile de pédopsychiatrie ?

Publié le 29/11/2021

Sa mission : répondre à une situation de crise sur lieu et dans le contexte de son apparition, sans avoir obl

La Clinique de Vontes sensibilise les agents de police aux pathologies mentales et à la gestion de crise

Publié le 29/11/2021

Bien que leur rôle soit primordial dans de telles situations, ils ne sont pas toujours formés pour y faire fa

« Santé Nutrition » : de la psychoéducation au mieux-être durable

Publié le 02/11/2021

L’équilibre alimentaire est un facteur reconnu de bien-être et de bonne santé.