"La schizophrénie est une maladie angoissante, très difficile à supporter"

Publié le 22/03/2021

Comment faire évoluer positivement le regard sur le handicap psychique ? Témoignages d'un résident et d'un éducateur spécialisé du foyer d'accueil médicalisé du Pôle de Santé Mentale la Confluence.

Partager :

En France, la schizophrénie touche 600 000 personnes, soit 1% de la population. Troubles de l'humeur, du comportement, angoisses et déséquilibre : la schizophrénie peut se présenter comme un handicap psychique majeur dans la vie quotidienne.

La schizophrénie est une pathologie psychiatrique chronique complexe qui se traduit schématiquement par une perception perturbée de la réalité, des manifestations productives, comme des idées délirantes ou des hallucinations, et des manifestations passives, comme un isolement social et relationnel. En pratique, elle peut être très différente d’un patient à l’autre, selon la nature et la sévérité des différents symptômes qu’il présente (définition de l'INSERM).

Le 9 mars dernier, l'émission "Salon de pauvres" de Radio Béton proposait d'échanger autour de la stigmatisation des personnes porteuses de troubles psychiques. 

En effet, dans le cadre du projet du Conseil Local de Santé Mentale de la ville de Tours intitulé "Lutter contre la stigmatisation et emploi", un groupe de travail a été constitué, pour favoriser le décloisonnement de la santé mentale. 

Denis est schizophrène et réside au Foyer d'Accueil Médicalisé (FAM) du Pôle de Santé Mentale la Confluence depuis 4 ans. Avec Guénolé, éducateur spécialisé au FAM, il a accepté de témoigner dans cette émission, pour faire évoluer le regard sur ce handicap psychique : 

J'ai commencé à avoir des troubles de l'humeur et du comportement à l'âge de 15 ans. J'ai consulté plusieurs médecins parce que ma santé était défaillante... J'ai vu un médecin psychiatre, et un deuxième et là c'était la descente aux enfers... Les médecins ne comprenaient pas pourquoi, à 15 ans, j'étais dans cet état là. Ils m'ont diagnostiqué schizophrène. La schizophrénie est une maladie angoissante, très difficile à supporter.

 

Depuis 4 ans que je suis au FAM, les traitements marchent bien ce qui n'a pas toujours été le cas. Au FAM il fait bon vivre. On s'y sent parfois mal, parfois bien aussi. C'est un lieu de vie avec nos habitudes, explique Denis.

Pour rappel, le FAM vise à apporter un cadre de vie de qualité dans lequel la personne accueillie peut s'épanouir dans toute son individualité. Il s'agit également de prendre soin de la personne dans sa souffrance psychique et dans ses handicaps. Les actions conduites ont pour finalité d'aider la personne à être acteur de son projet de vie, en fonction de ses capacités et de ses souhaits et de lui apporter les moyens de développer son autonomie.
 

Pôle de Santé Mentale La Confluence - Stigmatisation psychiatrie - Schizophrénie


>> Cliquez ici pour en savoir plus sur la schizophrénie
>> Cliquez ici pour en savoir plus sur le Pôle de Santé Mentale La Confluence

People photo created by tirachard - Freepik

"Il n'y a pas de fatalité dans la vie, on peut se transformer chaque jour"

Publié le 07/04/2021

Partons à la rencontre des Femmes et des Hommes d’INICEA !

Soulager l’anxiété grâce à la réalité virtuelle

Publié le 25/03/2021

A l’heure où 1 personne sur 5 est touchée par l’anxiété, et où la majorité des personnes accueillies à la Cli

Le Centre Naborien de Psychiatrie Ambulatoire se développe et recherche des intervenants extérieurs !

Publié le 23/03/2021

Aujourd'hui, l'équipe est renforcée, les patients viennent de plus en plus nombreux et de nouveaux besoins ém