La Clinique de Vontes : un établissement moteur dans l'avancée de la recherche clinique en santé mentale

Publié le 05/02/2021

INICEA vise l'excellence scientifique dans chacune des prises en charge proposées dans ses établissements. Son objectif ? Permettre aux patients de bénéficier des meilleurs soins innovants

Partager :

Les équipes médicales de la Clinique de Vontes partagent cette ambition et se mobilisent dans la recherche clinique.

En effet depuis quelques mois, l'établissement entretient une convention de partenariat avec le Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Tours pour un temps partagé d'une Attachée de Recherche Clinique (ARC). Ainsi, depuis le mois d'octobre 2019, Annabelle Pin partage son temps de travail entre les deux établissements de santé. Attachée de Recherche Clinique (ARC) investigateur, son rôle est d'aider les médecins dans la mise en place et le suivi des études clinique pour garantir la qualité et l'exactitude des données recueillies, dans le respect de la réglementation. Véritable pilier sur lequel s'appuie l'étude clinique, elle est responsable de la conduite de la recherche et veille à la sécurité des patients inclus dans l'étude.

Annabelle est investie dans deux projets importants au sein de la Clinique de Vontes : l'Observatoire National d'électroconvulsivothérapie (ECT) et l'étude ACOUSTIM. L'Observatoire National ECT est un recueil des données sur les pratiques ECT* en France, pour permettre une visibilité nationale et développer des projets de recherche.

La Clinique de Vontes en pole position

Le Centre Hospitalier Henri Laborit a mis en place cet observatoire afin d'évaluer l'efficacité de l'ECT, les effets secondaires liés aux différents paramètres, les facteurs de risques et les comorbidités. Aucun consensus n’existe actuellement sur le meilleur type de prise en charge. L’objectif est surtout de faire un état des lieux sur la pratique des ECT en France pour permettre de développer des protocoles de recherche par la suite. A la Clinique de Vontes, 52 patients volontaires participent à l'étude, ce qui nous vaut la première place du podium devant les 17 autres centres ! explique Annabelle.

Le second projet porté par Annabelle est l'étude ACOUSTIM, promue par le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Nantes. Le but de cette étude, est de « comparer le traitement par rTMS** à la prise en charge classique « sans rTMS » (médicaments, psychothérapies, etc.,) sur un plan clinique (efficacité) et médico-économique (coût) » (Source : CHU de Nantes).

Cette étude concerne la prise en charge de la dépression résistante. Pendant deux ans, le patient est suivi tous les trois mois par les médecins qui évaluent l'évolution de la dépression grâce aux échelles imposées par le protocole, ce qui permet une optimisation du traitement psychotrope et une évaluation précise des symptômes et de la qualité de vie sur la durée. Le patient est libre d'interrompre sa participation lorsqu'il le souhaite. De mon côté, je m'assure que le protocole est bien respecté et je recueille les données dans la base. L'objectif étant d'optimiser le traitement psychotrope, explique Annabelle. Selon le CHU de Nantes, cette étude peut contribuer à terme à la décision prise en charge de la rTMS par l’Assurance Maladie.

Rappelons que la psychiatrie est une discipline médicale complexe qui est en perpétuelle évolution. Chaque établissement du groupe INICEA s'efforce de garantir des thérapies innovantes, validées régulièrement par le Comité Scientifique INICEA, pour que chaque patient bénéficie des dernières avancées de la science.
 


*Le traitement par ECT est utilisé pour certaines affections graves (notamment certaines formes de dépressions résistantes) lorsque les traitements médicamenteux ont peu d'effets ou s'ils ne sont pas adaptés. Sous anesthésie générale brève (quelques minutes), l'ECT délivre dans le crâne du patient, des stimulations électriques et de très courtes durée (moins de 8 secondes) à l'aide d'un courant de très faible intensité. Elles permettent de stimuler l'activité cérébrale et de réduire de façon significative les troubles de l'humeur pour améliorer rapidement l'état du patient.

**La rTMS, ou stimulation magnétique transcrânienne répétitive, est une méthode de neurostimulation magnétique focalisée et non invasive. Efficace dans le traitement de la dépression, des troubles anxieux, des syndromes douloureux chroniques et la schizophrénie, la rTMS permet de restaurer l'activité dans les zones du cerveau où elle est déficiente. À partir d’une IRM cérébrale du patient, il est possible de cibler très précisément les zones à traiter, grâce à un appareil de neuronavigation.
 


>> Cliquez ici pour en savoir plus sur la Clinique de Vontes
>> Cliquez ici pour en savoir plus sur le comité scientifique INICEA

 

"Il faut traverser le cadre pour découvrir quelque chose de nouveau !"

Publié le 06/09/2021

Nicolas est soignant-animateur à la Clinique de Vontes depuis 17 ans.

Application du passe sanitaire dans les établissements du Pôle Lyonnais

Publié le 02/09/2021

Depuis le 9 août 2021, en application des dispositions légales, la présentation du passe sanitaire est obliga

Et si nous imaginions ensemble ?

Publié le 01/09/2021

Dans le cadre de l’offre de soins proposée au Centre Lyonnais de Psychiatrie Ambulatoire (CLPA), l’atelier th