Infirmier/e

En psychiatrie, le rôle de l’infirmier est de mettre en place l’ensemble des actions visant à prendre en soin la personne malade. Pour ce faire, Il s’investit dans la réalisation des soins ainsi que dans la surveillance de l’état de santé des patients dont il a la charge, en collaboration directe avec l’ensemble de l’équipe médicale et paramédicale.

Sa mission s’étend du rôle propre, qui relève de son initiative, ainsi que du rôle prescrit, soumis à décision médicale, dans le but primordial de prendre en charge la souffrance tant physique que morale de la personne soignée par le biais d’une approche globale. Il sera donc amené à participer activement aux programmes de soins lors des différents entretiens auprès du patient, de sa famille et des médecins. Il s’intègre aussi dans le processus d’éducation thérapeutique, la préparation et la distribution de médicaments ainsi que les différents soins techniques (pansements, prélèvements, prise de tension, injections, …). Il devra, de plus, posséder et développer des capacités relationnelles dans le but d’accompagner de façon plus efficace la prise en soin du patient.

La spécificité des hôpitaux de jour

Structures existantes depuis de nombreuses années, elles sont aujourd’hui de plus en plus développées car elles correspondent à la réalité des besoins réguliers en terme de soins psychiatriques. Ainsi, elles permettent d’accueillir les patients durant une journée complète ou une demi-journée (matin ou après-midi) dans le but de proposer des soins tant diversifiés que complémentaires, adaptés aux besoins de chacun ainsi qu’à leur capacité et disponibilité. Le but étant de favoriser un mieux-être par le biais d’activités thérapeutiques ciblées et spécifiques.

L’infirmier au sein d’un hôpital de jour aura pour fonction d’accompagner la personne en soins ainsi que de garantir une certaine cohésion et coordination des soins en participant activement aux ateliers proposés soit en tant qu’animateur ou bien co-animateur en collaboration directe avec un professionnel intervenant qualifié. Il s’inscrira directement dans l’élaboration et l’évaluation de la prise en charge au sein de l’équipe médicale et paramédicale, et pourra mettre en exergue ses capacités relationnelles en développant ce lien privilégié avec la personne soignée lors de l’accompagnement thérapeutique sur les ateliers et les entretiens formels comme informels.

Mon expérience et mon parcours professionnel me permettent aujourd’hui d’apporter un témoignage objectif sur l’exercice de ma profession au sein du groupe INICEA. Je choisirai donc de mettre l’accent sur l’importance accordée à la spécificité du métier d’infirmier, ainsi que la reconnaissance d’un vrai savoir-faire et savoir-être se traduisant par de réelles possibilités d’évolution, ainsi qu’un accès à la formation professionnelle permettant de découvrir et de mettre en place des thérapies innovantes.

Valentin

Infirmier Diplômé d'Etat

Médecin généraliste

Les soins somatiques en santé mentale sont un maillon essentiel de la prise en charge globale du patient.

Le médecin généraliste veille à prévenir et à traiter, dans le cadre d'un projet de soins personnalisé, les pathologies organiques et iatrogènes souvent associées aux troubles psychiques. Médecin de liaison, il contribue à faciliter les échanges entre les différents spécialistes afin d'améliorer l'accès aux soins du patient, aussi bien à l'hôpital qu'en ville.

Par ailleurs, cette prise en charge pluridisciplinaire peut être optimisée grâce à l'information thérapeutique du patient et à l'alliance thérapeutique avec ses proches aidants.

Ainsi la médecine somatique en santé mentale contribue à l'amélioration de la qualité de vie du patient se trouvant en situation de handicap psychique.

Vous êtes psychiatre ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) une personne sur cinq souffre ou souffrira d’un trouble psychique et/ou neurologique. Ces pathologies sont une des principales causes de morbidité et d’incapacité à l’échelle mondiale.

Elles sont fréquemment méconnues, sous estimées, stigmatisées voire discriminantes. Le médecin psychiatre a pour rôles de prévenir, diagnostiquer et soigner les maladies mentales. Dans nos établissements, les psychiatres ont, au-delà de leur formation médicale et psychiatrique, de par leur sensibilité, des formations, des parcours professionnels, des expériences différentes mais complémentaires et interactives.

En savoir plus

Psychologue

Concevoir et mettre en œuvre des actions préventives, de soutien et thérapeutiques à travers une démarche professionnelle qui lui est propre, prendre en compte la vie psychique des individus, le fonctionnement des groupes et leur interaction avec l’organisation : telle est la mission du psychologue dans l’institution.

Le psychologue participe avec l’ensemble de l’équipe soignante à l’accueil et au soin des personnes présentant des pathologies mentales ainsi qu’à la promotion de l'autonomie et du bien-être des patients accueillis.

Le rôle du psychologue comprend 3 axes : une fonction auprès des patients, une fonction auprès des équipes et une fonction institutionnelle.
Auprès des patients, son rôle est d’offrir des prises en charge de soutien et psychothérapeutiques variées (dispositif groupal avec ou sans médiateur, entretiens individuels…) correspondant aux besoins et souhaits du patient et ce, en étroite collaboration avec l’équipe soignante pluridisciplinaire.
Garantir le respect de la dimension psychique du sujet est sa priorité.

Auprès des équipes, le psychologue apporte son regard professionnel spécifique qui s’intègre dans l’approche pluridisciplinaire. Pour ce faire, il participe à l’amélioration de la qualité des soins, dans un souci de transmission et développement des connaissances, de soutien à l’élaboration clinique, d’appui technique et théorique aux équipes.

Sur le plan institutionnel, le psychologue favorise le « maillage institutionnel » entre les intervenants grâce à son rôle transversal. Co-animation de groupes avec d’autres professionnels soignants, organisation de groupe de réflexion institutionnelle telle que le comité de réflexion éthique et de promotion de la bientraitance, formation, … sont autant d’activités qui lui permettent de tisser des liens pour assurer une cohérence dans le parcours de soin et ainsi accueillir du mieux possible les personnes en souffrance et bien souvent en rupture de liens.

A la clinique de Vontes, l’accent est mis principalement sur des dispositifs de soins groupaux. Le travail de groupe facilite la mise en lien avec autrui et rompt l’isolement fréquemment provoqué par la pathologie psychique. Les dispositifs groupaux ont cet avantage qu’ils offrent une grande diversité de cadres pour favoriser l’expression et la symbolisation de chaque personne accueillie. La créativité du patient et du psychologue est grandement suscitée pour répondre aux mieux aux besoins et souhaits du patient, en collaboration avec l’équipe, toujours avec l’idée de développer les liens intrapsychiques et interpersonnels.

Gwenola Ghanes

Psychologue

Aide-soignant /e

Outre le rôle d'accompagner les patients dans les gestes de la vie quotidienne (soins d'hygiène, aide à l'alimentation, à la mobilisation, aux soins de bien-être et de confort), l'aide-soignant en psychiatrie doit savoir observer, écouter, accompagner, s'adapter, anticiper et transmettre.

Il doit être disponible, vigilant, prévenir les risques, tisser une relation de confiance et un lien thérapeutique avec le patient.
L'aide-soignant est par ailleurs partie prenante de la cohésion et de la dynamique d'équipe (infirmiers, psychiatres, animateurs soco-thérapeutiques, psychologue, etc ...).
Il est un élément important pour la réussite de la prise en charge du patient hospitalisé en psychiatrie.

En collaboration avec d'autres professionnels, il peut être amené à participer aux activités socio-thérapeutiques.

Au travers de ses tâches diversifiées, l'aide-soignant doit faire preuve d'humilité, de savoir-faire, de savoir-être et de savoir-agir.

Il est certainement plus gratifiant et rassurant de soigner le corps que l'esprit : la guérison du patient est plus concrète.

Mon rôle d'aide-soignant à la clinique de Vontes ne se limite pas aux soins d'hygiène et de confort.
Avec mes collègues infirmiers et psychologues, nous avons relancé l'activité nommée "A NOS PAPILLES", qui est un moment de plaisir partagé entre patients et soignants autour de l'élaboration d'un repas en commun.

François Calinon

Aide-soignant

Consultez nos offres d'emplois